Récitant
Baryton
Quintette
Harpe
Avec la collaboration de la Société Reynaldo Hahn, pour l’établissement et l’édition des œuvres inédites.

DU CÔTE DE CHEZ REYNALDO (HAHN)…

12 décembre 2022 | Bibliothèque Nationale de France

Au-delà de la relation amoureuse, c’est ici a rencontre de deux artistes et la naissance d’un échange riche et ininterrompu entre deux créateur au seuil de leur devenir.

C’est au printemps de 1895, alors qu’il commence à traverser un épisode mélancolique, que Reynaldo Hahn entame la composition d’un cycle de mélodies tiré du recueil Sagesse de Verlaine. Sa relation amoureuse avec Marcel Proust, qui dure depuis l’automne 1894 ne semble pas en cause dans sa langueur, puisque de Saint-Germain-en-Laye, où il est venu « noyer dans l’air vivifiant et pur de gros ennuis moraux », il écrit au mois de juin à son ami proche, le pianiste Édouard Risler : « Les seules distractions ici sont les fréquentes visites de ce cher garçon, dont la douceur et l’intelligence sont vraiment réparatrices[1]. »

[1] R. Hahn, lettre à É. Risler, Saint-Germain-en Laye, 11 juillet [1895], Bibliothèque nationale de France (BnF), département de la Musique, LA-Hahn Reynaldo-289.